L'eau

Mis à jour : mars 16











L’eau constitue entre 60 et 85% du corps humain, selon l’âge, le sexe… des individus.

L’eau que nous buvons permet aux cellules et au corps entier d’être nourris, mais aussi de se débarrasser de leurs déchets pour éviter une toxémie possible.

On comprend alors aisément pourquoi il est recommandé de boire 1,5 litre d’eau par jour.

Entre l’eau minérale, l’eau gazeuse, l’eau de source et l’eau du robinet, on a l’embarras du choix pour s’hydrater ! Mais toutes les eaux ne se valent pas.


Quelle est la qualité de l’eau parfaite ?


Beaucoup de théories sont tenues sur l’eau et sur sa qualité. Selon moi, la Bioélectronique de Vincent fournit de précieuses indications pour choisir une eau de qualité.

En effet, par leurs travaux, l'ingénieur hydrologue Louis-Claude Vincent et le Dr Jeanne Rousseau ont tenté de définir « l’eau parfaite » via la notion de bioélectronique et ont ainsi essayé d'établir un cahier des charges de ce que serait l'eau idéale du point de vue de l'organisme, de la santé et de la vitalité.

Selon la Bioélectronique, l'eau possède une individualité biologique liée à trois facteurs distincts :

- La nature du milieu dans lequel elle circule, donc facteur chimique.

- La vitesse d'écoulement dans le milieu en question, donc facteur cinétique.

- La température, donc facteur thermique.

La qualité d’une eau est entre autres définie par sa pureté. Cette pureté est liée à des propriétés physiques telles que le pH, la résistivité et la conductivité de l’eau.

Selon la Bioélectronique, une eau biocompatible, favorable à la santé, doit avoir les coordonnées suivantes :

- un pH compris entre 6 et 7 (l’eau doit être équilibrée dans son rapport acido-basique),

- un rH2 (la conductivité) entre 25 et 28,

- un rô (la résistivité) supérieur à 6 000 Ω, c’est-à-dire que l’eau doit contenir moins de 120 mg de résidus secs par litre.

Ces niveaux de propriétés favorisent l’élimination des toxines et contribuent à la fluidification du sang.


La qualité des différentes eaux disponibles à la consommation


L’eau du robinet

L’eau du robinet est néfaste car elle a subi beaucoup de traitements. Elle est stérilisée au moyen d’oxydants puissants par exemple, comme l’ozone, on y adjoint de la soude, du chlore…

Les normes de l’eau du robinet sont les suivantes :

- pH : entre 6,5 et 9

- Résidu à sec < 1500 mg/l

- Nitrates < 50 mg/l


Selon la Bioélectronique, il est possible d’améliorer la qualité des eaux du robinet par des systèmes de filtration et de revitalisation.

Mais attention, tous les systèmes de filtrage ne se valent pas. Par exemple, l’efficacité des carafes filtrantes serait contestée dans la mesure où les cartouches de filtration peuvent se révéler être des nids à microbes : les carafes filtrantes contribuent alors à la propagation de microbes dans l’eau.

En revanche, des systèmes de filtration efficaces existent, que l’on peut installer chez soi :

- Les purificateurs : ils permettent une filtration intéressante pour l’eau de cuisson mais insuffisante pour la boire

- Les osmoseurs : leur système de filtration est très efficace puisque l’eau contient à la sortie environ 10 mg/l de résidus à sec seulement.


L’eau en bouteille

Les eaux en bouteille ne subissent aucun traitement. Il existe deux types d’eau en bouteille :

· Les eaux de source : Elles proviennent de nappes d’eau souterraines situées dans toutes les régions de France. Elles sont soumises à la même réglementation que l’eau du robinet mais ne subissent aucun traitement, elles sont ainsi plus pures.

· Les eaux minérales : Leur origine est souterraine, tout comme l’eau de source. Par contre, elles sont soumises à des normes spécifiques et peuvent atteindre des fortes teneurs en minéraux qui ne sont pas tolérées pour l’eau du robinet.


Choisir son eau


1-Si l’on opte pour l’eau en bouteille :

Le premier élément à prendre en compte est la quantité de résidus à sec qu’elle contient. Il s’agit de la quantité de minéraux (sodium, magnésium, sulfate, calcium,…) restants une fois que l’eau est évaporée. Une eau de qualité est une eau peu minéralisée.

En effet, les minéraux et les oligoéléments qui se trouvent dans les eaux minérales sont inorganiques et possèdent donc une biodisponibilité médiocre, ils ne sont pas ou très faiblement assimilables.

Lorsque l’on est carencé, l’eau minérale n’est pas une solution : les déficits en magnésium ou en calcium ne peuvent pas être restaurés avec de l’eau, ils doivent être restaurés à travers une meilleure alimentation.

En revanche, les eaux de source contiennent nettement moins de minéraux et conviennent mieux à une utilisation au quotidien.

Les résidus à sec doivent ainsi être idéalement inférieurs à 120 voire 100mg/l. cet élément est identifiable après les valeurs nutritionnelles de la bouteille par les mentions : “résidus à sec à 180°”, “extrait sec à 180°”, “teneur total en sels minéraux à 180°.


Le deuxième élément à considérer est le pH de l’eau. L’estomac est un milieu très acide, et la consommation d’une eau trop basique (à l’opposé de l’acidité) peut perturber la digestion gastrique. Le pH de l’eau doit donc être neutre à légèrement acide (compris entre 6 et 7). Sur l’étiquette, l’indication du pH se trouve après celle des résidus à sec.


L’eau gazeuse est-elle intéressante ?

L’eau gazeuse peut être consommée en petite quantité lors de gros repas où l’acidité de notre estomac devient très élevée, ou pour les personnes qui souffrent d’acidité gastrique. En effet, elle favorise la digestion car le bicarbonate contenu dans l’eau contribue à la neutralisation de l’acidité produite lors de la digestion et régule le pH d’un estomac trop acide. Néanmoins, elle est à éviter en cas de ballonnement car elle libère du gaz dans le tube digestif.

Par ailleurs, le bicarbonate est utile aux sportifs pour diminuer l’acidité qui a été produite en quantité par les muscles pendant un effort. Cette acidité, appelée acide lactique, est à l’origine de courbatures et de douleurs musculaires. Suite à un effort, la consommation d’eau gazeuse va alors permettre de réduire plus rapidement la fatigue musculaire, en régulant l’acidité tissulaire, et ainsi accélérer la récupération.

Les eaux gazeuses peuvent être consommées de temps en temps mais ne doivent pas composer l’apport majeur d’eau pour le corps car elles sont chargées en minéraux. Dans les deux cas évoqués, il vaut mieux privilégier une consommation occasionnelle d’eau gazeuse la moins minéralisée possible et riche en bicarbonates de sodium (>600mg/l).


Arguments en défaveur de l’eau en bouteille :

- L’eau en bouteille de nombreuses marques est contaminée par de minuscules particules de plastique qui se détachent et migrent dans l’eau. Le risque de transfert des particules est d’autant plus élevé avec la chaleur et la lumière, qui contribuent à la dégradation du plastique.

- La production d’eau en bouteille est un processus extrêmement énergivore. Entre le transport des matières premières, le processus de fabrication, et l’acheminement vers les grandes surfaces, c’est un bilan de 8kg de CO2 rejetés par litre d’eau.

Par ailleurs, une fois bues, les bouteilles finissent soit en décharge, en incinérateurs ou en centre de recyclage. La décharge et l’incinération sont des options posant problème car elles libèrent des toxines dans le sol que nous cultivons et dans l’air que nous respirons.


2-Si l’on opte pour l’eau du robinet :

Pour qu’elle soit la plus propre et vivante que possible, il convient d’installer un système de filtration et de dynamisation performant chez soi.

Les systèmes d'osmose inverse sont les plus performants puisqu'ils filtrent l'eau à 0,0001 micron. L'eau osmosée conserve une structure de base et est bénéfique à l'organisme. Dans l’idéal, elle doit quand même être restructurée et/ou reminéralisée afin de rétablir les paramètres organiques, ce que proposent certaines fontaines (Mélusine, Iona et Eauriginelle).

Un autre procédé est celui proposé par le Revitaliseur GIE : des milliards de milliards de tourbillons (moulin colloïdal extrême), brisent les clusters, restructurent l'eau et ses éventuels polluants, les rendant biocompatibles et effacent les informations étrangères. "L'énergie des tourbillons permet à l'eau de garder à disposition l'énergie nécessaire à sa régénération. [...] la dissolution des clusters permet d'augmenter considérablement la surface interne de l'eau" précisent les auteurs Zerluth et Gienger. L'eau redevient quasi équivalente à de l'eau de source, de l'eau au naturel.


Arguments en défaveur de l’eau du robinet filtrée et dynamisée :

- Le coût de ces systèmes, très élevés ;

- La perte en eau (plusieurs litres sont impropres à la consommation pour la génération d’un litre pur).


En résumé, quelle eau boire ?

- Une eau de très bonne qualité : une eau de source faiblement minéralisée et légèrement acide. Dans l’idéal elle devrait être consommée à la source pour être bien vivante… ;

- en quantité suffisante : les besoins journaliers diffèrent selon l’activité et l’alimentation mais on pourra conseiller de boire 1l en petite quantité très régulièrement au cours de la journée ;

- aux bons moments : 20 à 30 minutes avant chaque repas, à température ambiante voire légèrement tiédie (pour éviter tout choc thermique au niveau de l’estomac) ;

- en l’humanisant, la dynamisant : il s’agit de boire de l’eau en la dégustant, la laissant en bouche… avant de l’avaler (la salive constitue en effet un très bon dynamisateur personnalisé).

21 vues
20191102_121653 (2).jpg

Perrine BIJEIRE – Naturo-Nantes

7 bd François Blancho 44200 Nantes

07 66 71 13 30, perrine.bijeire@protonmail.com

Responsable de la publication : Perrine BIJEIRE – Naturo-Nantes

Hébergeur du site : Wix - Wix.com Inc. - 500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158 - +1 415-639-9034.

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

©2020 by Naturo-Nantes.